Libres échanges sur l’abstention à la présidentielle

L’abstention favorise de fait le sortant ». Et favoriser le sortant, … ça n’est pas souhaitable du tout !!! Croire qu’au final les Zélus mal élus pour cause d’abstention massive vont culpabiliser d’illégitimité et contrits rendre les clefs du pouvoir au peuple, est une illusion. Plus on leur lâche la bride et plus ils en profitent, sans jamais se soucier de légitimité qu’ils maquillent par leur canaux privilégiés de communication. (Je sais je suis complotiste)

L’idéal pour moi c’est la démocratie directe, parce que c’est le peuple qui est le seul investi de la vraie légitimité, mais aussi parce que le peuple est plus sage que ses élites et qu’il est le seul à vraiment savoir ce qui est bon pour lui, bien mieux placé pour ça que nos Zélites autoproclamées « spécialistes du bonheur des autres », et qui ne savent qu’organiser la contrainte et la rigueur. Le peuple est plus sage que ses élites parce que le barycentre de ses opinions élimine les extrêmes qu’on retrouve chez certains dirigeants, chez certains candidats, chez certains fous furieux pris individuellement. Mais noyée dans la masse, la radicalité de ces fous furieux devient anecdotique et sans poids ni conséquence politique.

C’est pourquoi le RIC est un outil de progrès social, de progrès politique dont le peuple n’a pas mesuré les effets extrêmement positifs qu’il engendrerait s’il advenait. L’espace politique nous est actuellement confisqué par des professionnels qui font carrière à nous expliquer ce que nous voulons et ce qui est bon pour nous. Or nous le savons mieux qu’eux. Mais nous n’avons guère les moyens de l’exprimer et de convaincre les masses de cette évidence. Car les hommes au pouvoir possèdent les médias qui formatent l’opinion et fabriquent le consentement.

Difficile de lutter à réveiller les citoyens (plus consommateurs que citoyens d’ailleurs) quand à longueur de journée les médias leur assènent des messages pour entretenir leurs sentiments d’immaturité et d’incapacité politique. L’éducation populaire pourrait être une voie intéressante d’épanouissement, de réveil des masses assoupies. Mais ça ne peut se faire qu’à la marge, car les gouvernement quels qu’ils soient n’ont jamais apprécié les peuples éveillés et toujours refusé l’éducation populaire dès qu’elle devenait politique (exemple Christiane FAURE instigatrice d’éducation populaire au Ministère de l’Education Nationale en 1944 poliment évincée par la droite et la gauche parce que l’éveil des consciences est redouté par les Professionnels de la politique qui entendent conduire les peuples à leur guise, en appelant démocratie ce qui n’en n’a ni l’odeur ni le goût).

Comment faire ? Comment faire pour faire comprendre à tous et à chacun que nous sommes tous capables de choisir pour nous-mêmes ce qui est bon pour nous ? Comment convaincre que notre intelligence collective est riche de sa biodiversité et tellement plus ingénieuse que celle d’un seul, aussi prétentieux soit il ?

Le peuple devient intelligent quand on lui accorde la possibilité de jouer son rôle. Son rôle est éminemment politique, il en est la racine et la source de toute légitimité. L’idée d’abstention vient du fait que le pouvoir du peuple lui est confisqué. Et effectivement aujourd’hui, voter à droite ou à gauche ne change rien dans le cadre des directives européennes qui nous impose ses GOPé( Grandes Orientations de Politiques Economiques). L’UE à laquelle le peuple a dit non en 2015 a pourtant été entendu comme ayant dit Oui en 2018 grâce à l’imposteur Sarkozy. Mais l’abstention reste une désertion.

L’abstention, c’est l’aveu d’impuissance qui s’explique et se comprend car notre impuissance est réelle, organisée par la constitution de 58 qui lègue tout au président et rien au peuple. Mais l’abstention ne règle rien, ne fera rien progresser que la tyrannie des Zélus qui se moquent de leur légitimité, qui ne se soucient que de leur image entretenue à coup de médias. Regardez les scandales autour de Macron : cela écorne t-il son image ? Non. Les médias mainstream sont à sa botte et ne parlent pas de ce qui le fâcherait. Ses casseroles restent donc confidentielles au sein d’un peuple endormi, bercé par le pompier pyromane qui crâche le feu avant de prétendre venir éteindre l’incendie, qui crée la peur pour se présenter ensuite en protecteur.

Aucun des candidats de gauche n’est « homme providentiel » (car ça n’existe pas), mais certains peuvent favoriser plus que d’autres une amorce de recouvrement de notre souveraineté populaire. Je voterai donc Mélenchon dont le programme demeure le plus intéressant et tiendra (s’il est appliqué) la route sociale, la route à gauche donc.

Mais sans grande illusion non plus, car même si Mélenchon est élu il lui faudra faire face aux oppositions farouches du monde de la finance qui saura (faisons lui confiance) copieusement lui savonner la planche – Bernard Marchal, 11 mars

Merci Bernard pour cette réponse qui complète à merveille mon opinion. Pour être totalement complet, personnellement, je voterai aussi Mélenchon. Nous avons le même age et quand nous étions jeunes, lui élu PS à Massy et moi dirigeant politique PSU sur Orsay, nous nous sommes beaucoup accrochés. Je ne l’appréciai pas du tout. Mais alors que le PS devenait progressivement un parti de droite, avec le virage incompréhensible de 1983, Mélenchon a su évoluer et ses deux campagnes présidentielles lui ont permis, avec tout le travail des élus insoumis, qui sont tous loin d’obéir aveuglément à un chef, de proposer un programme clair, cohérent et véritablement alternatif à ce que tous les autres proposent (avec l’exception de LO, du NPA et du PCF qui savent qu’ils ne font que de la figuration pour disposer de tribunes médiatiques).

Bien sur que toute la finance mondiale lui mettra des bâtons dans les roues s’il était élu. Tout comme elle a tout fait pour éliminer les évolutions au Chili, au Portugal, etc… Mais ce sera alors à l’ensemble du peuple français de faire front, d’où l’obligation pour Mélenchon de tenir compte de l’opinion publique et surtout de mettre en place une gouvernance démocratique plus forte, incluant le RIC, et se rapprochant du modèle de votation suisse. Encore un bonne raison de penser qu’il est tactiquement le meilleur choix.

Et ce sera à des mouvements comme celui-ci de faire pression pour que la société évolue vers ce que nous souhaitons. N’oublions pas que Mélenchon a prévu, dès son élection, de revoir la constitution et ceci sera l’occasion d’un véritable débat démocratique. Et nous pouvons compter sur Ruffin et les autres insoumis pour que cette révision soit réellement démocratique. J’ajouterai pour être totalement clair : sans la France Insoumise et ses élus et adhérents, je ne ferai probablement pas confiance à Mélenchon mais j’ai une totale confiance dans LFI aujourd’hui – Michel Thomas, 11 mars

Je comprends tout à fait le raisonnement développé sur l’abstention. Je pense quand même qu’il faut tempérer (mais cela ne changera pas le fait que ceux qui rejettent le mode de scrutin et l’oligocratie soient majoritaires) les chiffres par ceux qui se désintéressent complètement de la vie collective. Mais tactiquement, il me parait important d’agir autrement. Le premier acte, si l’on veut pouvoir espérer changer l’organisation sociale et ses bases, est d’écarter du pouvoir les valets du capitalisme. Dans ce cadre-là, il ne reste que 4 candidats possibles à cette élection et il me parait important de les soutenir pour que le pouvoir change de main ou même, dans la continuité du raisonnement développé, pour que celui ou celle qui sortira vainqueur de ce scrutin se rende compte qu’il y a un nombre important d’électeurs qui souhaitent changer le modèle social.

En ce sens, et parce que je ne crois pas que les capitalistes aient une quelconque volonté de tenir compte des résultats, il me parait nécessaire d’apporter le maximum de soutien à des candidats, l’abstention favorisant de fait le sortant, qui, non seulement aura plus de chance d’être élu (car on peut supposer que les abstentionnistes n’auraient de toute façon pas voté pour lui), mais en plus se présentera comme élu par la moitié de votants, prétendant que les autres avaient tort et ne comptent pas. J’approuve tout à fait l’idée de décroissance, mais pas la position abstentionniste qui ne me parait pas porteuse d’une démarche vers un changement de société – Michel Thomas, le  10/03

Le problème, c’est qu’aucun des 4 candidats cités (Arthaud, Poutou, Mélenchon, Roussel) ne propose de rompre avec le capitalisme. Ils en sont même les fervents soutiens (occultes), car sans le capitalisme, ils n’existeraient pas. Ce qu’ils proposent, en réalité, ce n’est pas d’éradiquer le capitalisme (ce que nous, nous mettons en forme juridique), mais de le “taxer” pour financer leurs besoins. D’où l’imposture ! Mais j’explique tout cela dans de nombreuses vidéos et je vais le développer plus en détail durant le mois qui vient.
Concernant la distinction entre ceux qui s’abstiennent  parce qu’ils rejettent les procédures et ceux qui s’abstiennent parce que, soi disant, “ils se désintéressent complètement de la vie collective“, elle ne  procède que d’une intuition et pas de la réalité objective. Cette distinction ne pourrait être prouvée que si les citoyens étaient mis en présence d’un système qui prenne en compte leur parole (comme celui en démocratie directe que nous proposons dans notre Programme) – Christian Laurut, le 10/03

Il me semble que le seul moyen pour exprimer un désaccord, est le vote blanc ou le vote nul (en prenant par exemple tous les bulletins déchirés en deux) – Jean-Fabien Chesnel, le 10/03

L’heure est à la réaction et voter Mélenchon me semble un vote utile pour évoluer avec une constitution nouvelle et des RICs….. Catherine Regneault, le 14/03/2022

Je vous donne RDV pour mes chroniques vidéo du mois à venir où je démontrerai que le politicien professionnel Mélenchon est favorable à la croissance, au capitalisme et à l’oligocratie malgré des discours amphigouriques de façade qui le range objectivement dans la catégorie des imposteurs. D’un point de vue pratique, il est à ranger également dans la catégorie politique des réformistes, or l’histoire montre (et prouve) que le réformisme aggrave l’emprise du capitalisme qui ne fait que se renforcer de ses propres oppositions – Christian Laurut le 14 mars 2022

Il fallait se réveiller en 2016 lorsque la loi organique a été voté. Maintenant un seul vote efficace. Voter Mélenchon. Gérard Duperier Le 14/03/2022

Premièrement, la loi organique initiale c’est celle de 1962 et c’est elle qui est à la base de tout. Deuxièmement, il n’est jamais trop tard pour bien faire. Troisièmement, le vote pour le politicien professionnel Mélenchon n’est pas un vote efficace, c’est un vote de dupe. Et de plus c’est un vote qui valide le système ! – Christian Laurut

Oui mais c’est la modification de 2016 qui fout la trouille à tous les maires des petites communes( parrainage rendu public) et le vote Mélenchon m^eme si il y a des choses que l’on peu reprocher à AEC le fait de vouloir faire une nouvelle constitution est déjà un bon début, car je me répète la politique de la chaise vide n’a jamais rien fait avancer et Macron sera élu avec – de 10 % des inscrits – Gérard Duperier le 14/03/2022

“La politique de la chaise vide n’a jamais rien fait avancer”! Voilà une affirmation moultes fois infirmée dans l’histoire – Henri Feral le 15 mars 2022

Christian, tu prétends démontrer les vertus de l’abstention mais tu ne démontres rien. Et ta bonne foi est mise à mal par ta tentative de concourir autant que les autres comme candidat à l’élection présidentielle. Si tu avais obtenu tes 500 parrainages, aurais-tu tenu le même discours ? Bien sûr que non, tu aurais dit : « votez pour moi ! » bien entendu. Je suis d’accord pour dire qu’élire ne suffit pas pour faire une démocratie. Et nous ne sommes pas en démocratie mais en mauvaise aristocratie (mauvaise dans le sens que nos Zélites ne sont pas des élites mais des imposteurs, que les « meilleurs » sont en fait les pires, que comme disait Alain le philosophe : « en élisant ceux qui veulent le pouvoir on élit les pires ». Il est vrai qu’on n’est pas en démocratie parce qu’on élit le président de la république au milieu d’un panel de candidats que l’on ne choisit pas.On nous propose de choisir après un pré-choix important qui nous échappe. Tu es sans doute amère, Christian, de ne pas avoir obtenu tes parrainages qui t’auraient permis, non pas de prôner l’abstention, mais alors de vanter ta candidature …

Mais admettons que l’abstention ait une quelconque vertu, peux tu nous dire laquelle ?Crois tu une seule seconde que l’abstention qui sévit de plus en plus au fil des années ait changé quelque chose, sinon une aggravation de l’autoritarisme gouvernemental ? Quelle est la valeur ajoutée, quel sens donner à cette désertion dont les élus profitent et dont nous pâtissons ?

Il serait plus judicieux battre campagne pour prôner le Référendum d’Initiative Populaire, plus intelligent de promouvoir le RIC à l’image des suisses qui, depuis qu’ils disposent de cet outil se sentent impliqués par la politique, tout simplement parce que leur avis compte et parce qu’ils peuvent changer le cours des choses s’ils le décident. Pas nous hélas. L’abstention ne nous donnera la parole. Elle entérine notre mutisme. Se mettre à l’écart pour bouder est un réflexe d’adolescent immature qui ne solutionne rien. L’illégitimité de Macron est manifeste, mais il s’en accommode et s’en réjouit puisque ceux qui s’abstiennent sont ceux qui en votant auraient pu le déloger.

Je l’ai dit je voterai Mélenchon au 1er tour en espérant pouvoir encore voter pour lui au second tour. Son programme tient la route et il n’est pas tout seul dans son excellente équipe. François Ruffin et d’autres ont des convictions dont il devra tenir compte. En attendant, même si Mélenchon ne fera pas un président parfait, il est mille fois préférable que ce soit lui plutôt que Macron l’imposteur. Ca a été dit à juste titre plus tôt « L’abstention favorise le sortant ». Conclusion : en t’abstenant Christian, tu votes Macron.
C’est pas mon choix.

Il me semble préférable de revendiquer davantage d’accès à l’espace politique que les professionnels tendent déjà à nous confisquer, plutôt que de déserter la portion congrue qu’il nous reste. Le minimum démocratique serait le RIC. Mais nos « représentants » n’en veulent pas car ils entendent ne représenter qu’eux mêmes. Il n’empêche qu’en abandonnant le combat par l’abstention on ne risque pas de changer grand chose. Bernard Marchal le 15/03/2022

De tous temps, le bouffon du roi a renforcé l’autorité du roi. C’est d’ailleurs valable aussi pour Mélenchon. Henri Feral, le 14 mars

Je suis assez d’accord sur la tentation de l’abstention. Je m’interroge cependant sur la candidature de Jean Lassalle, personnage qui me paraît sincère et hors du système oligarchique… Qu’en pensez-vous ? Guillaume LECA, le 14 mars

Le cas de Jean Lassalle sera étudié très bientôt. A suivre… Guillaume LECA, le 14 ma

Moi aussi je pense que Mélenchon est le vote utile, et qu’appeler à l’abstention est carrément irresponsable. Vous voulez qu’on se retape 5 ans de Macron c’est ça ???

  • casse de l’assurance chômage et des retraites
  • les riches qui se gavent via les paradis fiscaux
  • les pauvres qui s’appauvrissent
  • les petits agriculteurs bio qui sont en train de plonger comme les conventionnels (des tonnes de salades bio ne trouvent plus d’acheteurs, les éleveurs AB vendent une partie de leur lait de vache au prix du conventionnel…) : certaines fermes vont effectuer des “déconversions” vers l’agriculture chimique
  • les burns out dans le milieu hospitalier, on continue ?
  • la casse des services publics général, c’est cool ?
  • le numérique partout : partout des répondeurs automatiques tapez 1 tapez 4, des robots, la croix et la bannière pour avoir un humain au bout du fil !
  • dérive totalitaire covidisme QRcodisation de la société !
  • Le RIC, la constituante pour une 6ème République, une réorganisation des médias (par exemple mutuelles d’impression pour les journaux) permettant aux idées minoritaires et anticapitalistes et décroissantes d’avoir une visibilité.

Lisez le programme de l’ Avenir en Commun !! Il y a des choses dedans qui s’inspirent de la décroissance : gratuité des premiers litres d’eau potable, des premiers kWh d’électricité, aller vers la souveraineté alimentaire, lutter contre la malbouffe. Des gens comme François Ruffin et d’autres députés LFI ne sont pas nos ennemis !! Guillaume FORCIER, le 14/03/2022

Ce contenu a été publié dans Contributions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *